Projet « ALPHA-CHARLY » : le point au 15 avril

mardi 15 avril 2014

Le projet arrive en phase de test.

Pour mémoire, le projet ALPHA CHARLY a pour objet la réalisation d’un logiciel d’audit des comptes consolidés à partir d’une extraction de données du logiciel de consolidation ETAFI CONSO.

Analyse de la contribution des entités consolidées au chiffre d'affaires et au résultat consolidés (montant négatifs = soldes créditeurs)

Analyse de la contribution des entités consolidées au chiffre d’affaires et au résultat consolidés (montant négatifs = soldes créditeurs)

J’ai pour le moment abandonné l’idée de programmer cette application sous DELPHI. J’ai préféré l’écrire en VBA. J’ai effectué ce choix essentiellement pour réutiliser une partie du code-source d’un autre de mes projets, M/ATAC, dont l’objectif est semblable : analyser des données comptables.

Le programme d’analyse produit des feuilles de travail exploitables sur les principaux thèmes d’audit du commissaire aux comptes : reconstitution et analyse des états financiers consolidés, analyse du périmètre de consolidation (pourcentages d’intérêts), tableaux de passage, contrôle de la reprise des comptes individuels, analyse des contributions de chaque entité, analyse des impôts différés…

Le paramétrage reste à affiner (présentation des feuilles) mais je vais pouvoir traiter la saison d’audit des comptes consolidés avec un outil en grande partie opérationnel.

Pour en savoir plus : aller sur la page du projet


Nouvelle année, nouveau projet

mardi 1 janvier 2013

Bonjour à tous !

Après avoir pris beaucoup de retard, le projet APPLICONSO est à l’arrêt depuis de nombreux mois. J’ai pris beaucoup de retard notamment parce qu’un autre projet a mobilisé beaucoup de mon temps.

APPLICONSO est un projet qui me tient à cœur mais qui demande beaucoup de temps. J’ai choisi de réaliser un nouveau projet moins ambitieux mais que je pourrai mener à bien plus rapidement : une application d’aide à l’audit des comptes consolidés.

Ce projet est exposé à cette adresse : http://www.auditsi.eu/?page_id=2745.

Je remercie toutes les personnes qui sont entrées en contact avec moi pour m’encourager ou prendre des nouvelles de l’avancement du développement d’APPLICONSO. Ce n’est que partie remise.

Bonnes fêtes de fin d’année à tous et meilleurs voeux pour 2013,

Benoît RIVIERE


Comptes consolidés : calculer les pourcentages d’intérêt à l’aide du calcul matriciel et du langage VBA d’Excel (article publié dans la RFC)

mardi 17 janvier 2012

La Revue Française de Comptabilité publie dans son numéro de janvier 2012 (n° 450) un article, que j’ai écrit, intitulé «Comptes consolidés : calculer les pourcentages d’intérêt à l’aide du calcul matriciel et du langage VBA d’Excel ».

Résumé de l’article :

La détermination des pourcentages d’intérêt s’avère fastidieuse dans les groupes comprenant de nombreuses participations. Les participations circulaires et croisées ajoutent un surcroît de complexité à ces calculs. Les calculs manuels habituellement mis en oeuvre apparaissent complexes tant à poser (consolideur) qu’à contrôler (auditeur) et sources d’erreur.

Méconnu, le calcul matriciel est une méthode de calcul alternative qui offre trois avantages déterminants : rapide à mettre en application, il ne nécessite pas de connaissance approfondie en calcul matriciel et en consolidation, et sécurise les calculs. De surcroît, la modélisation informatique des calculs matriciels est aisée et offre, en plus, une automatisation aboutie de l’ensemble du processus de calculs.

Lire la suite : http://www.auditsi.eu/?p=1399


Validation des pourcentages d’intérêt à l’aide du calcul matriciel et du VBA

mercredi 21 décembre 2011

La validation des pourcentages d’intérêt représente une des phases essentielles de l’audit des comptes consolidés. La modélisation informatique de cette phase de contrôle est plus aisée à mettre en oeuvre qu’il n’y paraît.

Pour mon 3ème article dans la Revue Française de Comptabilité, je propose d’approfondir l’usage du langage VBA d’Excel en audit (introduit dans un précédent article : « Le contrôle des comptes à l’aide du langage VBA d’Excel », RFC juillet/août 2011, cf http://www.auditsi.eu/?p=720) avec les calculs matriciels et leur représentation informatique sous forme de variables tableaux à deux dimensions.

Je vous donne donc rendez-vous dans la RFC de janvier prochain.


Calcul des pourcentages d’intérêt

mercredi 14 septembre 2011

J’ai développé un programme en VBA qui permet de calculer les pourcentages d’intérêt rapidement y compris en présence de participations croisées, circulaires entre filiales mais aussi avec la mère.
Les tests que j’ai menés sont concluants. Toutefois, j’aurais besoin, afin de m’assurer de son bon fonctionnement, de le tester sur des cas complexes (nombre d’entités important, participations réciproques…).
Si vous avez des cas particuliers, n’hésitez pas à mes les envoyer. Dans ce cas, merci de m’envoyer le portefeuille de participations sur Excel présenté sous la forme :
Entité détentrice -> % détention directe -> Entité détenue
SM -> 95 % -> F1 : SM détenant 95 % de F1…
F1 -> 75 % -> F2

Cela me permettra de valider les calculs avant de mettre le programme en téléchargement.
Merci d’avance.


Choix du langage de programmation

jeudi 19 mai 2011

Comme je l’indiquais dans mon précédent post, un choix s’offrait à moi : celui du langage de développement de l’application. J’avais sélectionné deux solutions, soi le VBA, soit DELPHI (Pascal Objet). Ces deux solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients. Toutefois, deux critères principaux ont prévalu dans ma décision : la sécurité et la performance de l’application.

Après de nombreux tests sur différents projets, mon choix s’est finalement porté sur DELPHI. D’une part, parce que d’un point de vue sécurité, le logiciel sera inaltérable puisque compilé (par ailleurs, les paramètres de sécurité d’EXCEL empêchent fréquemment l’exécution des macros obligeant l’utilisateur à des manipulations pour lesquelles il n’est pas nécessairement formé) ; d’autre part les performances seront meilleures (les performances d’écritures/lectures de classeurs EXCEL semblent comparables mais la rapidité générale de fonctionnement des applications semble donner un avantage aux codes compilés).

Le langage est maintenant choisi, reste maintenant à continuer le développement du projet.

A ce stade, je me rends compte que l’objectif que je m’étais est particulièrement ambitieux : notamment quant à l’ampleur du code source à écrire et quant à la prise en main de l’EDI, plus ardue que je ne l’aurais pensé.


Point sur le projet à fin janvier 2011 : un nouveau départ

vendredi 4 février 2011

Le projet a pris énormément de retard par rapport à mes objectifs initiaux. Tout d’abord, je travaille sur plusieurs projets en même temps et ensuite j’ai dû prendre en main DELPHI ainsi que les liens DELPHI / EXCEL (cf. mon post précédent). Par ailleurs, je suis en train de perfectionner mes connaissances en VBA. Tous ces facteurs ont contribué au retard conséquent du projet.

Ceci dit, j’ai tout de même commencé à me pencher sur le développement proprement dit de l’application ; les premières lignes de code sont écrites (cf PS). A ce sujet, deux options s’offrent à moi : soit développer mon application sous DELPHI, soit en VBA. Les deux options ont leurs avantages et leurs inconvénients. Pour le moment, je ne sais pas encore laquelle je vais retenir. J’essaye les deux sachant que deux critères essentiels conditionneront mon choix : la sécurité des traitements et la rapidité d’exécution du code.

L’objectif à fin février est que l’application intègre les balances générales des filiales et que les états financiers consolidés (bilan et compte de résultat) soient paramétrés.

Il y a encore beaucoup de travail mais ça avance (enfin) !

Benoît-René RIVIERE

Expert-comptable à Caen

PS : voici les premières lignes de VBA de la procédure qui intègre les balances sociales dans le grand livre de consolidation :

Sub AffectBGCI_CSO(entité As String, clotex As String)

    Const FeuilleBGCI = « BGCI »

    Const FeuilleFourchette = « CIaffectCSOfourchette »

    Const FeuilleaffectCSO = « BGCIaffectCSO »

    Dim nbligneBGCI, nblignefourchette As Variant

    Dim ligneBGCIaffectCSO As Variant

    Dim cpte4 As String

    Dim i, j As Variant

    Dim montant As Variant

    Dim sens As String

    Dim trancheok As Boolean

    nbligneBGCI = Sheets(FeuilleBGCI).UsedRange.Rows.Count

    nblignefourchette = Sheets(FeuilleFourchette).UsedRange.Rows.Count

    ligneBGCIaffectCSO = Sheets(FeuilleaffectCSO).UsedRange.Rows.Count + 1

    For i = 1 To nbligneBGCI

        If (entité = «  ») Or (entité <> «  » And Sheets(FeuilleBGCI).Cells(i, 1) = entité And Sheets(FeuilleBGCI).Cells(i, 2) = clotex) Then

            cpte4 = Left(Sheets(FeuilleBGCI).Cells(i, 3).Value, 4)


Réorientation du projet : un mal nécessaire

dimanche 4 juillet 2010

Le projet a bien avancé. La plupart des retraitements courants est paramétrée. Par contre, je dois faire face à un problème de taille : les temps de traitements sont de plus en plus importants, la saisie de données est également ralentie, ce qui rend son utilisation particulièrement inconfortable. L’application en tant que telle n’est donc pas opérationnelle.

Ce problème est dû aux nombreuses requêtes SQL interfaçant EXCEL et ACCESS.

Je souhaitais faire une application de consolidation simple sous EXCEL dotée d’un moteur de requêtes SQL fonctionnant en tâche de fond totalement transparent pour l’utilisateur. Je me rends compte que cette voie n’est pas la plus appropriée.

Je réfléchis donc à une solution de repli plus cohérente : programmer cette application sur un système de développement plus professionnel. J’ai choisi d’utiliser la solution DELPHI de BORLAND. La raison de ce choix est simple : dans les années 80-90, j’ai programmé des logiciels en langage PASCAL sous Turbo Pascal 6 et 7 de BORLAND (environnement MS/DOS). Ce langage compilé est assez aisé à manier et relativement rapide d’exécution.

Je vois toutefois de nombreux avantages à cette solution :

–          Rapidité de traitement permettant de s’affranchir de certaines limites (nombre d’entités intégrées au périmètre de consolidation illimité),

–          Sécurité des traitements,

–          Solution plus professionnelle et plus rationnelle offrant un traitement sans limite (participations réciproques par exemple).

Parmi les solutions techniques que je retiens, voici quelques éléments d’information :

–          Les liasses de consolidation seront développées sur EXCEL permettant de décentraliser la saisie des balances générales, des flux, des variations, des réciprocités… sur les filiales ; l’intégration des liasses de consolidation serait ainsi automatisée et externalisée.

–          La gestion des données de consolidation dans une base de données ACCESS assurant une souplesse dans les traitements à l’aide de requêtes SQL.

La difficulté qui va immédiatement se profiler est la maîtrise de l’environnement de développement de DELPHI que je n’ai pas utilisé depuis plus de dix ans. Je vais ainsi devoir me réapproprier ce langage informatique et son environnement de développement. Cette réorientation du projet s’avère inévitable mais va retarder significativement son issue.

Je ne manquerai pas de vous tenir informé de l’avancement du projet.

Benoît-René RIVIERE

Expert-comptable à Caen

Réactions, suggestions : contact.appliconso@auditsi.eu


Génération automatique des écritures de consolidation

dimanche 13 décembre 2009

Avancement du projet AppliConso II à mi-décembre : le moteur de génération automatique des écritures  de consolidation est achevé !

Le développement d’AppliConso II s’articule autour de quatre axes principaux :

–          La collecte des informations (périmètre de consolidation, liasse de consolidation),

–          Les éliminations et retraitements de consolidation,

–          La génération des tableaux de contrôle (contrôles de cohérence et d’équilibre, tableaux de flux de trésorerie, de bouclage des capitaux propres et des minoritaires, de passage des comptes individuels aux comptes consolidés, preuve de l’impôt…),

–          La génération des états comptables (balances, journaux et grand-livre) et des états financiers (bilan, compte de résultat, SIG, tableaux de l’Annexe).

Collecte des informations

La gestion du périmètre de consolidation  (gestion du portefeuille-titres, calcul des pourcentages d’intérêt et de contrôle) et la récupération des balances de comptes individuels (conversion des numéros de compte en rubriques de consolidation) sont opérationnelles.

La liasse de consolidation est bien avancée. Il reste encore quelques points en cours de réglage au niveau de la saisie des flux de trésorerie individuels.

Eliminations et retraitements de consolidation

Les principaux retraitements de consolidation (engagements de retraite, écarts d’acquisition, écarts d’évaluation…) sont paramétrés. Toutefois, les tableaux d’éliminations des titres de participation et des capitaux propres restent à créer.

La génération des tableaux de contrôle

Cette phase est celle qui est la moins avancée.

La génération des états comptables

Le module de génération automatique des écritures est opérationnel. Grâce à lui, le consolideur n’a pas à se préoccuper des écritures de consolidation : par exemple pour le crédit-bail, il saisit les informations élémentaires (valeur d’origine, amortissements, intérêts, redevances…) et l’application enregistre automatiquement les écritures de consolidation (y compris les impôts différés et les flux de trésorerie).

Extrait de la table des écritures de consolidation (dossier exemple) :

Le paramétrage des états financiers est lui aussi en bonne voie et sera achevé prochainement.

Extrait de l’actif du bilan consolidé :

Conclusion sur l’avancement à mi-décembre :

Le développement du projet AppliConso est déjà bien avancé. Lorsque le module de liasse de consolidation, l’élimination des capitaux propres et les états financiers consolidés seront totalement paramétrés, le projet passera en phase de test.

Les états de contrôle seront créés ultérieurement.

Pour télécharger la présentation du projet, cliquez ici.

Benoît-René RIVIERE
Diplômé d’expertise-comptable

Réactions, suggestions : contact.appliconso@auditsi.eu


Présentation du projet AppliConso II

lundi 9 novembre 2009

Bonjour !

Ce site a pour vocation de vous présenter le projet AppliConso II, logiciel de consolidation et de suivre en direct le degré d’avancement de la conception de l’application.

Pourquoi AppliConso II : absence de réponse adaptée de la part des éditeurs de logiciels de consolidation aux spécificités des « petites » consolidations

De plus en plus de groupes de sociétés établissent des comptes consolidés, soit par ce qu’ils dépassent les seuils légaux rendant obligatoires leur production, soit à la demande de tiers (banques par exemple).

Dans les petits groupes, l’établissement des comptes consolidés est fréquemment confié à l’expert-comptable. Or, les cabinets d’expertise-comptable n’ont pas toujours les ressources en interne (compétence et logiciels) pour mener à bien ces missions. Pour des raisons évidentes, ils rechignent à sous-traiter ces missions à haute valeur ajoutée à un confrère. La rentabilisation du coût de la formation des collaborateurs et de l’acquisition de la licence du logiciel de consolidation (et de la maintenance annuelle) est difficile à obtenir. Il n’existe pas, à ma connaissance, de logiciel adapté au budget des cabinets qui ne traitent qu’une ou deux consolidations par an. En effet, la plupart de ces dossiers ne présentent pas de difficultés dans les retraitements de consolidation. Par ailleurs, l’acquisition d’un logiciel de consolidation nécessite un budget (hors formation) compris entre 8 et 10 K€ auquel il faut ajouter un contrat de maintenance d’environ 2 K€ annuel. Cette absence d’adéquation entre les besoins des cabinets et les solutions informatiques proposées par les éditeurs a pour incidence des consolidations établies sur EXCEL… donc sans filet générant des risques d’erreur et de perte de temps (tableau de bouclage qui ne boucle pas, tableau de flux de trésorerie déséquilibré, faux-flux non retraités, manque de réactivité en cas de modification d’écritures sur les états financiers.

Projet AppliConso II : un début de réponse à un besoin non répondu

Partant de ce constat, j’ai réfléchi aux différentes solutions envisageables.

Il y a quelques années, j’ai conçu un ensemble de feuilles de travail (regroupées sous le nom AppliConso) qui avait pour but d’aider à l’établissement des comptes consolidés (tableau de bouclage des capitaux propres, tableaux de passage des capitaux propres sociaux aux capitaux propres consolidés, justification des impôts différés, tableau des flux de trésorerie consolidés…), ces tableaux liés les uns avec les autres contribuaient à automatiser certains tâches auparavant traitées manuellement.

Avec AppliConso II, il s’agit maintenant d’automatiser l’établissement des comptes consolidés depuis l’amont, c’est-à-dire : l’intégration des balances des comptes individuels, les éliminations et retraitements, l’élimination des titres, la restitution des informations comptables consolidées sous forme de grand livre, tableaux de passage, de flux… de manière simple et rapide sans connaissance approfondie d’un logiciel de consolidation complexe. AppliConso II doit décharger l’expert-comptable des aspects purement comptables pour qu’il se consacre essentiellement aux problématiques de valorisation (écarts d’acquisition, d’évaluation…).

Aspect techniques retenus pour l’élaboration de AppliConso II

La réalisation de cette application s‘appuie sur EXCEL et ACCESS. Seul le logiciel EXCEL est nécessaire à l’utilisateur. La base ACCESS contient un ensemble de tables et de requêtes permettant de traiter les données comptables intégrées par l’utilisateur dans EXCEL. Ces données sont ensuite restituées dans EXCEL, de sorte que l’utilisateur final n’ait à connaître que le fonctionnement d’EXCEL et les bases nécessaires à l’établissement de comptes consolidés.

Je suis parti des mêmes postulats que ceux que j’avais retenus pour bâtir une autre application, MoCo, le module de revue analytique que j’ai conçu pour fonctionner avec AUDITSOFT (cf à ce sujet le lien suivant : http://www.scribd.com/doc/16444322/MoCoAUDITSOFT-Presentation-dun-exemple-de-realisation).

AppliConso II est également utilisable pour le contrôle des comptes consolidés (CAC).

Restrictions techniques d’AppliConso II

AppliConso II ne vise pas à concurrencer  les « vrais » logiciels de consolidation comme ETAFI qui répondent dans la majorité des cas très bien à la mission qui leur est confiée. AppliConso II est adaptée aux « petits » groupes ne présentant pas de complexité technique, c’est-à-dire :

  • Des groupes ne comprenant pas plus de 15-20 entités consolidées ; au-delà le fonctionnement de l’application risque d’être ralenti.
  • Des comptabilités mono-devises ; dans le cas contraire, l’utilisateur doit convertir lui-même les balances individuelles dans la devise de la mère et traiter manuellement les effets des conversions de devise.
  • Les participations croisées ne sont pas gérées.
  • L’intégration  proportionnelle n’est pas gérée (mais le nombre de sociétés intégrées proportionnellement est faible).

Les comptes consolidés sont établis suivant les dispositions CRC 99-02.

Ces restrictions ne sont pas exhaustives.

Difficultés de conception d’un logiciel de consolidation

Un logiciel de consolidation n’est rien d’autre qu’un logiciel de comptabilité (saisie d’écriture, restitution des écritures sous forme d’états financiers, de balances et de grands livres…) adapté aux particularités des comptes consolidés (traitement des impôts différés, élimination des réciprocités…).

L’élaboration d’un logiciel de consolidation ne présente donc pas sur le principe de difficultés techniques insurmontables.

Points forts de AppliConso II

Avec AppliConso II, le consolideur est déchargé des préoccupations purement comptables et focalise son attention sur les points techniques.

Points forts :

  • Sécurisation du processus d’élaboration des comptes consolidés à l’aide d’étapes cadrées simples à suivre (collecte des données à l’aide d’une liasse de consolidation, exhaustivité des retraitements, génération automatique des états comptables…),
  • Mise à jour automatique et instantanée des états financiers consolidés après passation d’écritures d’OD,
  • Préparation des tableaux chiffrés de l’Annexe des comptes consolidés automatique ou semi-automatique selon les cas.

Benoît-René RIVIERE

Diplômé d’expertise-comptable

contact.appliconso@auditsi.eu